top of page

Cerises Solidaires : Le long de l’Aar

Notre sortie du mois d’août 2023 a conduit les 17 participants en direction de la Suisse allemande, d’abord en train jusqu’à Bienne puis en bateau jusqu’à Soleure.



Le voyage sur l’Aar a duré presque trois heures et nous a permis de passer l’écluse de Port, de découvrir les méandres de l’Aar avec une faune magnifique et des petits ports idylliques. Nous sommes ainsi arrivés à destination vers midi, avec une météo agréable, quelques gouttes d’eau ne réussissant pas à refroidir l’ambiance.


Le repas dans une pizzeria fut succulent et nous a procuré l’énergie nécessaire pour un tour de la vieille ville qui nous a tous émerveillé. Malgré la pluie de retour, nous avons pu découvrir quelques joyaux d’architecture, de belles fontaines et églises, ainsi que les restes des fortifications.


Puis ce fut déjà l’heure du retour par le train qui nous ramena de Soleure à Renens en à peine 1h30. Fatigué mais rassasié, tout le groupe s’est félicité de cette longue mais magnifique journée.


Tour d'horizon de la journée


En préambule, pour connaître quelques données clés de ville, nous vous invitons à consulter la page Wikipédia de Soleure : https://fr.wikipedia.org/wiki/Soleure


Krummturm ou tour penchée

La tour penchée fait partie des remparts/fortifications du moyennage de la ville de Soleure. Le début du chantier n’est pas connu, mais la fin des travaux peut être située en 1462/63. Bien que le nom « tour penchée » pourrait faire penser à tout l’édifice qui penche, il n’y a que la toiture qui donne l’air « penché ». L’impression particulière de cette toiture provient d’un plan au sol sous forme d’un pentagone irrégulier. L’étage inférieur contient un donjon d’une profondeur de 10 m où les bandits de l’époque étaient enfermés. Si ses murs pouvaient parler, ils auraient beaucoup à raconter et tout particulièrement au sujet d’une histoire d’amour entre le charpentier et la fille de l’entrepreneur….


Le « Landhaus »




Öufi-Uhr ou horloge à 11 heures

Cette horloge soleuroise d’une hauteur de trois mètres et avec une architecture particulière dispose d’un cadran de 11 heures. Les onze cloches entonnent la chanson soleuroise à 11h00, midi,17h00 et 18h00. Un harlequin sonne les heures. Ce magnifique monument est l’œuvre de l’artiste Paul Gugelmann de Gretzenbach.


Bieltor ou porte de Bienne

La porte de Bienne, qui représente la façade ouest de la ville, a été érigé au 13ème siècle et fait partie des fortifications. Elle a subi plusieurs modifications pour avoir l’aspect d’aujourd’hui. La façade extérieure est ornée d’une copie du patron de la ville, St-Ours. La tour a servi de prisons durant des siècles et l’appartement de gardien se trouvait au dernier étage. Durant la période des ambassadeurs de France, les représentants de France était accueillis devant cette porte par des coups de canon.


Zeitglockenturm ou tour de l’horloge





Märetplatz ou place du marché

Au Moyen-Âge, la place du marché revêtait une grande importance. C’était un lieu d’échange de nouvelles et d’achat des produits de première nécessité. Encore aujourd’hui et malgré les réseaux sociaux, le marché, qui se tient mercredi et samedi, joue ce rôle.




St. Ursen-Kathedrale ou cathédrale St-Ours

La cathédrale St-Ours et Victor, construite sous la conduite de Gaetano Matteo Pisoni, un tessinois d’Ascona, entre 1762 et 1773, est le troisième bâtiment érigé à cet endroit. Le chantier a duré 11 années. Tiens, tiens, cela correspond au chiffre 11 vénéré par les soleurois. Bien évidemment, cette bâtisse contient onze cloches fabriquées entre 1764 et 1768. Il s’agit du siège de l’évêché de Bâle depuis 1828.


En allant vers l’entrée de la tour et la porte de Bâle, nous découvrons le vieil arsenal à notre gauche (collection de vieilles armes).




Turm der Kathedrale ou tour de la cathédrale

La tour d’une hauteur 66 m (6 x 11 m) contient onze cloches et le sommet peut être atteint par 249 marches. Une vue à 360 degrés sur les environs de la ville récompense les efforts.




Baseltor ou porte de Bâle

La porte de Bâle représente l’entrée est de la ville où Hans Roth de Rumisberg, un personnage très connu bien que son existence réelle ne soit pas prouvée, a sauvé la ville de Soleure d’une tentative d’attaque par le comte Rodolphe de Neu-Kyburg durant la nuit du 10 au 11 novembre 1382. En guise de remerciement, le canton de Soleure remet un habit d’honneur aux couleurs blanc et rouge au descendant le plus âgé de la famille. Celui-ci est autorisé à le porter lors d’événements officielles.



Riedholzschanze ou retranchement de Riedholz

Les nombreuses guerres du 17ème siècle ont nécessité un renforcement de la protection de la ville. Le début du chantier de ce retranchement a eu lieu en 1667. Il est remarquable que la ville de Soleure s’est payé le luxe d’une protection complète de la ville comparable à des villes plus grandes telles que Zurich ou Genève. Un fossé d’une largeur de 50 m et d’une hauteur de 5 m a été rempli d’eau afin de rendre compliqué l’accès direct. Depuis, ces remparts ont été malheureusement diminués de façon importante pour des raisons économiques, urbanistiques et d’aménagements du trafic.

37 vues0 commentaire

Comments


bottom of page