Fête de l'épouvantail: l'effet "Pet'rouchka"

Le 14 août de cet été, les parents des enfants inscrits au parascolaire du collège de la Plaine ont été invités à découvrir «Pet’rouchka», un épouvantail construit par leurs enfants et l’équipe éducative, dans le cadre de la 6ème édition de la Fête de l’Épouvantail à Denens.



L’entier du projet a été imaginé afin de favoriser une belle dynamique entre l'institution et les familles et de faire connaître le travail réalisé au quotidien au sein de la structure. Afin de donner vie à ce personnage, des matériaux de recyclage ont été mis à l’honneur dans une démarche ludique et éducative, afin de sensibiliser les enfants à la découverte et au respect de l’environnement.


Après plusieurs mois de préparation, «Pet’rouchka» a été exposé dans le circuit de plus d’un kilomètre mis en place par l’organisation pour permettre à tous les visiteurs de découvrir et admirer plus de 60 créations du genre. Ces derniers sont également appelés à désigner leur épouvantail préféré. En tout le concours offre 3 catégories et distinctions relatives : écoles, public et jury. «Pet’rouchka» concourait ainsi dans la catégorie « écoles ». La remise des prix s’est déroulée le dimanche 22 août dans une cérémonie animée par les élus et l’humoriste Yann Lambiel.


Au-delà de la récompense, la reconnaissance

Si «Pet’rouchka» n’a pas obtenu de distinction officielle, c’est bien l’entier de la démarche qui a valorisé le travail et l’implication des enfants en permettant de leurs faire vivre une belle expérience en général. Le fait de pouvoir participer à cette fête d’envergure, de voir leur travail collectif exposé, d’en parler au sein de leur entourage… La reconnaissance à cet égard ne doit pas être confondue avec un prix ou d’autres types de récompense. S'il est important de récompenser le travail qu'ils ont accompli, la reconnaissance est bien plus que cela. Comme l’exprime parfaitement Philippe Schlechty (Inventer de meilleures écoles, 1997) : «valider ou reconnaître le travail d'un élève ne signifie pas réussir ou échouer ; c'est déclarer que ce qui s'est passé est important et utile. La validation suggère un sens et ajoute ainsi de l'importance à l'événement ou à l'action».


Cette véritable petite aventure a donc été très prégnante dans la vie du parascolaire en 2021. Ainsi la responsable de la structure, Mme Claudine Merminod, ainsi que l’ensemble de l’équipe éducative, tiennent à remercier les enfants et leurs familles pour leur participation active au projet


Claudine Merminod & Paula Moreira


21 vues0 commentaire