Passerelle des Cèdres: un grand pas... au-dessus de l'autoroute

La Municipalité est fière d’annoncer que le projet de la Passerelle des Cèdres a fait une avancée majeure et que les travaux de cet ouvrage débuteront à l’automne 2022.



Entre le concours d’architecture et l’obtention du crédit de réalisation de CHF 9,27 millions octroyé par le Conseil communal en date du 12 mai dernier, il a fallu une décennie aux services communaux et à la Municipalité pour que ce projet arrive à maturité et obtienne l’aval de toutes les instances fédérales et cantonales.


Deux quartiers reliés par la mobilité douce

Cette passerelle piétons-vélos a donc pour but, en premier lieu, de relier deux quartiers de Chavannes en plein essor, en franchissant l’obstacle de l’autoroute A1 et en minimisant l’effet de césure qu’elle crée dans le territoire chavannois, tout en prolongeant les parcours de mobilité douce de la commune.


La voirie, d’une largeur totale de 8 mètres et d’une longueur de 70 mètres (196 mètres avec les rampes d’accès), sera dédiée uniquement aux piétons, vélos et accessible aux personnes à mobilité réduite. Aucun accès aux véhicules routiers ne sera permis, mis à part les véhicules d’entretien.


Au niveau des aménagements paysagers, l’extrémité nord de la passerelle débouche de plain-pied dans le quartier Majestic-Alco. Le concept paysager sera coordonné avec les aménagements extérieurs dudit quartier.


En revanche, l’extrémité sud de la passerelle se trouvera à environ 4,5 mètres au-dessus du terrain naturel du quartier des Cèdres. Cette différence de niveau sera résolue par la création d’une colline sur laquelle serpentera un chemin d’accès à pente douce d’une longueur développée d’environ 105 mètres. Un parcours alternatif, plus direct, est également proposé par un escalier à 2 paliers intermédiaires. La colline sera arborisée et aménagée sous la forme d’un jardin. Des plantes et des arbustes y seront plantés, apportant au lieu un caractère naturel ainsi qu’une atmosphère de tranquillité. Des aménagements en pierres seront également réalisés afin de maintenir en place certains talus à forte déclivité tout en assurant une fonction de refuge pour la petite faune comme les reptiles et les insectes.


Les travaux débuteront à l’automne 2022 et devraient s’achever à l’automne 2024.


Philippe Coeytaux


165 vues0 commentaire